Archive | Arrivée RSS feed for this section

Aéroport de Lomé

16 Mai

Après l’aéroport super géante et lustrée de Paris ou ils nettoient les toilettes si souvent que tu te fais coincer derrière la grille lorsque tu fais un numéro 2 en lisant la revue de l’aéroport, arriver à l’aéroport Gnassingbé Eyadema de Lomé au Togo, ça fait du bien. Un vent de fraicheur dans la chaleur.  Je me suis rappelé l’ambiance et l’odeur de l’Afrique automatiquement. 31 degré. 19 hr. La nuit. Je tape sur un clavier Azerty en écoutant le son des motos.  Trois affiches t’accueillent; une annonce de cellulaire ( que je possède désormais d’ailleurs); une de l’Ecobank pour papa (héros) et une de l’ancien « chef » de l’état dont l’aéroport porte le nom. Sous cette dernière affiche centrale  il est inscrit:  » Dans nos cœurs pour toujours ». En ce moment à mes côtés il y a mon nouvel ami Vincent qui vous salut.  L’aéroport est grand comme le Duty Free de l’éroport de Paris et le duty free comme la toilette où je suis resté coinçé à l’aéroport de Paris. Ce qui m’a le plus marqué est que l’homme qui ramasse nos carnets de vaccination pour vérifier notre certificat contre la fièvre jaune, étrangement,  portait un sarrau pour avoir l’air d’un professionnel de la santé et il y a une quelconque affiche à la fin de l’interminable fil d’attente. Une vieille  affiche toute déchirée qui met en garde contre le AH1N1.  Pour terminer je tiens à préciser que le gars qui regarde les images rayons -X m’a interpellé. Ce jeune homme m’a fait mettre de côté avec mon gros sac et là je me suis dit : « Oh oh ».

JEUNE DOUANIER

Venez ici monsieur.

Je me suis déplacé de côté.

JEUNE DOUANIER

J’ai vu que vous avez des petits trucs dans le gros sac, qu’est-ce que c’est? Vous avez des instruments de musique, du matériel électronique?

MOI

Ah ça! Ce  sont des trucs pour ma caméra, des cassettes, une lampe, des fils de micros.

JEUNE DOUANIER

Pas d’instruments de musique,  des radios, cellulaires.

MOI

Non, seulement des cassettes.

JEUNE DOUANIER

Et mon ami tu n’as rien pour moi, il faut me faire cadeau, je vais ramener ça à la maison.

MOI

Non; tout ce que j’ai c’est pour le travail, si tu je te donne ça, moi je ne pourrais plus faire mon travail.

JEUNE DOUANIER

Tu es  certain pas de cadeau pour moi.

MOI

Non, pardon mais bonne soirée.

JEUNE DOUANIER

Bon séjour au Togo

Baptême à la malienne

12 Oct

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelle chance, dès mon arrivée, je me ramasse dans un baptême.

Ici ce genre de célébration comme les mariages ou les fêtes religieuses telles la tabaski (fête où l’on tue les moutons qui sera dans un mois environ), les gens peuvent économiser toute l’année ou même toute leur vie ou encore s’endetter pour fournir une fête digne de ce nom à leurs invités. Le petit Amadou Maïga est le bébé que l’ont voit sur les photos. Le père est l’homme en boubou de bazin blanc qui a l’air si heureux, tandis que la mère, vous allez la reconnaître assez facilement.

Donc comment ça se passe, c’est qu’on est là assis, à causer, il y a des griots (transmetteur de la tradition orale qui connaissent tous les histoires ancestrales) qui viennent louanger les invités sur leurs ancêtres et la grandeur de leur nom. On a mangé du bon riz gras et puis on a dansé. Les relations comme ça c’est très important, par exemple pour un blanc comme moi, ça peut paraître un peu long de rester assis six heures à discuter alors que c’est un honneur. On a même parlé de Khadafi parce qu’il a fait beaucoup pour le Mali (selon certain), surtout dans le nord qui est laissé pour contre, c’était un débat enflammé parce qu’ici les gens adorent les palabres.

Donc je souhaite tous le meilleur à ce petit et la famille et j’espère que vous allez aimer les beaux habits des femmes.

Elles sont vraiment sapées comme on dit.

Arrivée au Mali

8 Oct

Ah ça fait du bien d’être arrivé en Afrique.

C’est le meilleur endroit au monde.  Les gens sont accueillants  et le temps coule comme le peigne de Boris Vian dans un champ de marmelade. Je sais pas trop quoi dire sinon que je me sens bien dans un endroit comme ici, j’ai l’impression parfois que c’est au Québec que je dois apprendre à m’adapter alors qu’ici je m’adapte naturellement. Au Mali c’est une norme d’être accueillant envers l’étranger et en plus si tu fais des efforts pour aller vers leur culture tu risques fort probablement de te faire des amis et de recevoir des sourires en retour de tes efforts inter-culturels. J’aurai plus à dire dès que  je l’aurai vécu et pour ce qui est des photos ça vient. N be taa photo ke doni.

Bonne nuit ( ka su here)

xx

%d blogueurs aiment cette page :