Les scarifications

4 Nov
Djougou, Bénin

Djougou, Bénin

Moins présentes qu’auparavant, les scarifications aussi appelées cicatrices sont toujours pratiquées comme signe social en Afrique de l’Ouest, principalement dans les villages. Ces cicatrices pratiquées très tôt sur la peau du bébé, permettent aux personnes de même ethnie ou venant du même village de se reconnaître facilement avant même d’entendre la langue ou le dialecte de l’autre.

Djougou, Bénin

Djougou, Bénin

Scarifications pour guérir

croquis de scarifications pour soigner

Les scarifications servent pour reconnaître les gens nés à tel ou tel endroit, mais parfois elles ont été perpétrées pour guérir un enfant malade afin que la maladie cesse. Ces scarifications spécifiques ont souvent une forme bien précise. J’ai vu un gars avec çe type de cicatrices et qui était toujours gêné par son handicap de jeunesse, pour lui ça n’avait pas fonctionné.

P1060760

Bassar, région de la Kara, Togo

Elle, c’est Adèle, la fille avec qui je suis allé au Bénin,  sa mère lui a fait faire cette cicatrice puisqu’elle est née à Bassar. De retour dans le village de son papa, son père n’était pas trop content parce que lui n’en a pas de cicatrices. C’est aussi un choix personnel en dehors de la culture et des traditions. D’ailleurs, c’est de moins en moins fréquent,  puisque maintenant, il y a les cartes d’identité. N’empêche, à l’endos de ta carte on spécifie ton signe particulier. Ici, la carte d’une amie qui n’avait pas de scarifications, on y a donc inscrit: NÉANT.

P1070003 On coupe la peau de l’enfant âgé de un à deux mois. Lorsqu’on pratique la scarification, on met un produit qui, à ce qu’on m’a dit, ressemble à de la poudre noire ce qui permet de laisser la cicatrice visible comme signe distinctif de l’identité de la personne. J’ai aussi connu une jeune fille au Burkina Faso qui avait tout le corps couvert  de petites entailles ressemblant à des petits soleils et elle m’avait dit que très jeune on avait coupé sa peau pour y insérer des préparations d’herbes traditionnelles et que ça lui avait sauvé la vie.

P1060811

Kouméa, région de la Kara, Togo

P1030153

Siou, région de la Kara, Togo

Edwige m’a expliqué un peu d’où viennent ces marques, elle a décidé de ne pas le faire à sa fille. Ces scarifications sont en fait une protection contre les attaques des sorciers. L’histoire c’est que lorsqu’elle était très petite, elle s’est fait attaquer spirituellement ( jeter un sort, prendre son âme, envoûtement, tomber malade jusqu’à mourir), alors son grand-père qui est un grand féticheur lui a fait ça pour la protéger de cette attaque qu’elle avait reçue.

P1070016

2 sur le front
2 sur chaque joues
2 sur chaque tempes

Dans la région de Ouida, leur voodoo  (voir mon futur article sur ce sujet) c’est le python alors certaines des personnes qui adorent le python portent un modèle de cicatrices qu’on appelle 2 x 5, c’est à dire 2 cicatrices parralèlles à 5 endroits différents du visage pour ressembler à leur dieu protecteur. Le modèle de droite est le bon, en tout cas à Ouida.

P1060750

Cette dernière photo mérite son anecdote. En sortant du village de Tangiéta au nord du Bénin, il y a une espèce de Mafia de Taxi et je ne me suis pas fait avoir par eux.  Voici le déroulement de cette épisode rocambolesque:

  1. Un gars me dit : « va au tournant au bout du village pour arrêter les taxis là bas. »
  2. Arrivé au tournant, je fais du pouce avec Adèle et une voiture de pommade Victago arrête et là on se dit: « Cool, gratuit et on sera pas serré. »
  3. Puis,deux voitures arrivent « full pine » et bloc la voiture Victago comme dans les films de vol de Camion bancaire, un devant en diagonale et un derrière.
  4. Le chauffeur de taxi de la voiture de derrière ouvre le coffre de la voiture des bons samaritains en criant ;  » C’est pas un taxi! »
  5. Le furieux de la voiture de devant  les menace, la voiture de pommade se sauve sans nous embarquer.
  6. Mon amie dit : « mais j’ai plus d’argent »
  7. Le taximan aggressif dit: « Le blanc a l’argent »
  8. Le blanc sort de ces gonds et ressort tout son jargon québécois refoulé.
  9. Après mon refus accompagné d’insultes, le taximan quitte en voulant se battre.
  10. Un vieux reste sur place pour nous empêcher de prendre tous les taxis non officiels.
  11. Je décide de marcher plus loin avec le sac de deux tonnes de vêtements non portés de mon amie, sur la tête.
  12. Un faux taxi arrive et dit: « vite vite montez »
  13. 4 personnes devant et  4 grosses personnes derrière plus des bébés.
  14. À un moment donné le chauffeur dit a un client plus gros que lui de prendre le volant pendant que lui va dans le coffre avec son ami pour faire rentrer plus de monde qui payent.
  15. Cet homme sur la photo est le chauffeur par intérim qui est en fait un simple client.
  16. Pour excuser le surchargement, il  a corrompu tous les policiers de la route avec les billets de 1000 francs du chauffeur caché dans le coffre, avec son ami.

Merci de partager et de commenter

Une Réponse to “Les scarifications”

  1. Julie 4 novembre 2013 à 15 h 57 min #

    Étonnante histoire! Quelle vie trépidante tu as là-bas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :