Archive | juin, 2013

Les enfants de la rue

26 Juin

enfant de la rue moins qualité

Dans le cadre de mon mandat, je suis allé visiter l’ONG ANGE (Les Amis pour une Nouvelle Génération des Enfants). ANGE est une ONG de développement  agissant auprès des enfants de la rue, des enfants en conflit avec la loi et des enfants victimes de maltraitances à Lomé au Togo.

J’ai eu l’idée de créer une fiction sous forme de vidéo avec les enfants afin qu’ils puissent  s’exprimer. Quatre enfants ont été choisis pour le projet. Pour ne pas porter atteinte à leur dignité, je ne vais pas divulguer leur histoire mais plutôt mes impressions. Mes impressions sur ces histoires aussi vives à leurs esprits que les cicatrices qu’elles leur a laissées sur le corps et à l’intérieur .

Nous étions assis en cercle attendant de trouver une idée de scénario lorsque soudainement, le plus petit a pris la parole pour raconter son histoire personnelle. À ce moment, il y a eu une fissure dans l’espace-temps; il n’existait plus rien au monde si ce n’est l’histoire qui m’était racontée, une histoire horrible que jamais un enfant ne devrait vivre. Il n’y avait plus que le son de sa voix et son regard que je n’oublierai probablement jamais. Il était si petit mais il avait déjà trop de vécu.  Comment un humain peut-il passer par ce chemin sans s’enfarger?

J’ai compris après avoir entendu les différentes histoires qu’il y a certaines similarités entre celles-ci qui amenaient l’enfant à se tourner vers la rue; la mort d’un ou plusieurs parents, la pauvreté, la violence au foyer, les injustices. Toutes ces complications dans la vie d’un enfant le pousse à fuir, ensuite il est facile de comprendre la suite possible; banditisme; récidivisme; hospitalisation; prison pour mineurs.

Le centre d’hébergement de l’ONG ANGE permet la réinsertion de ces jeunes qui ont tout perdu. Je suis fier de travailler avec eux, de leur permettre d’exister et j’ai hâte de commencer à tourner leur film, leur histoire.

La prochaine rencontre de production avec les jeunes sera demain.

Vidéo – Plus ou moins

20 Juin

Un peu en retard, voici une vidéo créée avec mon équipe de création (voir le générique final) lors du Kabaret 3REG qui se déroulait pendant le festival Regard sur le court au Saguenay. La vidéo a été faite selon certaines règles; authenticité; une limite de 48 heures et le thème était identité.

Bon visionnement et encore bravo à tous les participants du Kabaret 3REG.

 

 

regard_0http://www.regardsurlecourt.com/

Logo3REGhttp://www.3reg.ca/

Maison déjà vendue

17 Juin

P1030181

Pour ne pas qu’il y ait de confusion, il est pratique courante à Lomé d’écrire directement sur les maisons lorsqu’elles sont déjà vendues. C’est suite à un litige que la justice décide d’inscrire à même les murs de la demeure pour éviter que celle-ci ne soit revendue.

Ce qui arrive c’est qu’un démarcheur décide de revendre le logement ou le terrain à plusieurs personnes à la fois, sans en informer tous les intéressés. Il est donc possible qu’une personne (Y) achète une maison qui en fait , a déjà été achetée auparavant par une autre personne (X). X qui est le premier à avoir payé, réalise que Y est en train de faire des travaux sur le terrain et décide de l’amener en cours parce que ce lot lui appartient.

P1030399

Parfois aussi X décide de faire le malin et attends que Y termine les travaux avant de l’envoyer en cours ainsi les travaux de construction sont fait gratuitement pour lui. Lorsque les travaux entrepris par Y ont bien avancé X se présente en cours et lance les démarches ce qui fait que le revendeur fautif doit rembourser Y sous peine d’emprisonnement. Suite au litige, la justice écrit directement sur la maison de cesser les travaux ou de ne pas vendre la maison. Y a toutefois perdu son investissement de construction, il n’avait qu’à s’informer à l’avance. De mon côté, j’ai payé une caution de 10 mois pour mon prochain logement, je me croise les doigts.

P1030397

C’est une des raisons pour laquelle, j’aime bien cet endroit, ce fait de sentir que certains de mes repères sont biaisés. Cette réalité différente qui en fait, corromps mes attentes.

Juste après avoir pris cette image du terrain litigieux, je suis parti visiter la foire sur le terrain du campus. J’étais là et mes repères étant toujours biaisés, je me disais que tout de même, Afrique ou pas, cette foire était assez étrange. Après quelques instant à regarder des femmes aux seins nus, danser, le corps traversé de spasmes et le visage couvert de farine, j’ai compris que je n’étais pas à la foire, mais à des funérailles voodoo. Et là sous le son des tambours un gars me mettait la main sur le coeur en me faisant boire du liquide rougeâtre alcoolisé, il disait:  » Tu vois je sens ton coeur battre, tu as peur yovo! »

À un moment, j’ai compris qu’il était temps de partir avant que je découvre trop du mystique animisme.  J’ai quitté à vélo dans la brousse et je me suis retrouvé à la vraie foire. Finalement, à mes yeux de yovo, la foire ressemblait plus à une foire que les funérailles à des funérailles. Des fois j’ai pas rapport…

P1030390

%d blogueurs aiment cette page :