Noël et jour de l’an malien

4 Jan

Joyeuses fêtes à tous ou comme on dit ici: Ala ka sambé ira na

De mon côté au Mali, Noël ça n’existe pratiquement pas. Disons que les gens ne s’échangent pas de cadeau entre les appels à la prière et que les garibous (enfants qui mendient pour l’école coranique) ne décorent pas leurs boîtes de conserves de mendiant pour l’occasion. C’est quand tu es loin comme ici que tu réalises que Noël, bien que ce soit la fête du capitaliste et que les gens dépensent souvent plus qu’ils peuvent se le permettre, et bien c’est aussi une bonne occasion de voir sa famille. Dans mon cas, Noël c’est pas mal le seul temps dans l’année où je vois mes cousins et cousines, quand je dis ça aux gens ici c’est aussi incompréhensible que si je disais que Khadafi c’était pas une bonne personne en fin de compte.  Mais malgré tout, j’ai eu des vacances donc je suis parti visiter le mali. C’est le 25 décembre que j’ai décidé de partir au pays Dogon avec Oumar,  le dogon qui prépare des omelettes au coin de ma rue dans ce petit kiosque. J’ai aussi mis une photo de gens qui font de la construction parce que je les trouve courageux.

En fait c’est en partant avec lui que j’ai réalisé à quel point on ne se connaissait pas. J’ai dû lui rappeller mon nom avant de partir par exemple. J’esperais qu’on allais bien s’entendre même s’il ne parle pas bien français, une chance que j’ai une bonne base de bambara. C’est sure que quand tu manges une omelette avec du pain et un thé lipton, tu n’apprends pas grand chose sur le gars qui te la prépare, sauf qu’il met trop d’huile dans sa bouffe (comme tout le monde ici). Ça a commencé avec un bris mécanique qui a prit 3 heures a réparé, on était encore à la gare.

Je me doutais que ce vieux bus là allait nous causer des problèmes. 100 kilomètres plus loin on a eu un bris mécanique, en fait, le moteur a pris en feu. C’est pas étonnant quand tu vois à quel point il surcharge le véhicule. Les bidons d’eau qui mettent dans l’allée si vous voulez savoir et bien ça a trois utilités; premièrement c’est pour asseoir le surplus de passagers, ensuite c’est pour verser de l’eau sur le moteur qui surchauffe et finalement c’est pour boire lorsqu’on est coincé au milieu de nul part parce que le car est brisé. Normalement c’est interdit d’asseoir les passagers sur les bidons, mais si tu payes les policiers sur la route ils ne montent pas pour voir à l’intérieur et n’inspectent pas non plus si tu es en règle. C’est le truc pour quiconque vit au jour le jour.  On a attendu 4 heures après le mécano, au moins c’était beau, il y avait des montagnes de cotons avec des enfants qui jouaient dedans. C’était mon image de noël, des enfants qui jouent dans un truc couleur de neige.

Jusqu’à là, j’étais encore à l’étape de me dire que ca allait faire un bon article pour mon blog et ce même après 12 heures sans manger. L’équipe qui « gerrait » le bus était vraiment arrogante et je sentais que ceux-ci n’aimaient pas trop que je les insulte en bambara, même en riant. Je n’y pouvais rien, ce sont les plus grand incompétents que j’ai jamais vu et nonchalant en plus. Ils se foutaient vraiment de tout. Ne jamais prendre la compagnie MTC Sarl, je vais m’en rappeler.  Les arrêts pour prier je comprends, même si c’est 5 fois par jour, mais quand je me suis réveillé au milieu de la nuit et que l’équipe avait disparue pour dormir, là j’étais vraiment fâché. Je suis sorti pour réveiller les gens qui dormaient dehors dans la rue, mais c’était juste des gens normaux qui dorment dans la rue, ça existe ici.  Il y avait pleins d’étoiles dans le ciel,  ça m’a calmé et puis c’est plus prudent quand ton chauffeur dors avant de conduire sur ce genre de route pas assez large pour que deux bus se croisent à toute vitesse.

La cerise sur le sunday (qui est vraiment une expression pas rapport au mali, ce serait plus la viande sur le riz qui faudrait dire ici), c’est que Oumar mon ami Dogon ronflait tellement fort que ça le réveillait en toussant, c’était ma chance que dans ce car surchagé ce soit mon voisin la seule personne qui ronfle, dire que j’allais me taper ses ronflements pendant 5 jours. Finalement on est arrivé à Mopti après 30 heures environ, soit 22 heures de trop. Sauf que j’avais pas payé pour Mopti moi, mais pour Bandiagara et là on était le boxing day, mais je suis resté calme devant le chauffeur raciste et je suis parti.

Il restait 2 heures de route vers Bandiagara, puis 2 heures de route vers Sangha (qui m’ont couté 50 piasses parce qu’on avait raté le jour du marché hebdomadaire à cause de MTC Sarl) et finalement 2 heures de marche  vers Tuogou le village de Oumar. On a fini ça à la torche. Mais il y avait tellement de Baobab que j’étais bien content malgré toutes les frustrations accumulées.  En pleine nuit on est arrivé à Tuogou et on dormait dans la même case avec les ronflements pour nous relier. Le matin je me suis réveillé, j’étais rendu au pays Dogon.

Pour ce qui est du jour de l’an, je n’ai pas pris de photo parce que c’était trop inoubliable et je ne voulais pas me rappeler seulement des photos, je voulais que ce soit seulement ma mémoire sélective qui travaille. En fait je me suis retrouvé dans une école secondaire remplie de jeunes où il y avait des dj pourris dans chaque classe qui competitionnaient celui d’à côté en montant le volume au maximum. C’était à Mopti. C’était vraiment spéciale de voir environ 300 jeunes de 10 à 17 ans  sans surveillance qui se prennent pour Kenny West et sa Chicks pendant toute la nuit. La jeunesse c’est spéciale, ça me rappelait les danses du secondaire où on n’avait pas besoin d’alcool pour se créer un monde de paraître et de quête du pouvoir. Je me suis trouvé là parce que l’école était en face d’où je dormais donc j’étais curieux. J’y suis allé  avec un français ornithologue et des arnaqueurs juvéniles du coin, nous les deux seuls blancs et les deux seules majeures dans ce lieu de reproduction de vidéo clip de rap pas de budget. Tout le long, je me disais que j’espérais que ça se passait pas comme ça dans les danses de ma soeur à l’école, il y avait trop de frottements et de fesses qui rebondissent pour l’âge des jeunes devant moi. On m’amenait des jeunes filles pour que je me frotte dessus, mais vu que je n’avais pas de casquette des yankees en plastique avec des lunettes rayban  et une machette cachée dans mes pantalons trop serré trop bas qui m’empêchait de marcher et que c’est ça qui était cool, puis surtout parce que j’étais vraiment trop vieux pour toutes les filles, je me tenais loin en dansant. Finalement j’ai choisi la fille la plus jolie de la soireé pour danser, celle qui avait environ 10 ans comme ça il n’y avait pas d’ambiguïté et l’on ne me demandait pas de faire des trucs trop louches avec elle. Voici une photo d’enfants devant l’école en question le lendemain matin, imaginez ceux-ci un peu plus vieux et sapés en américains made in china en train de faire le malin et ça donne un peu ce que c’était la soirée. Pas rap avec du rap poche!! Bonne année!

à suivre…

7 Réponses to “Noël et jour de l’an malien”

  1. Guillaume Internoscia 6 janvier 2012 à 10 h 33 min #

    Merci Suzanne pour ton beau commentaire. J’avoue que si j’avais fait le voyage dans le camion climatisé de CARE Mali cet article aurait été un peu différent.

    Profites de la neige.

  2. Suzanne Bettez 6 janvier 2012 à 9 h 41 min #

    Merci pour la  »ride » Guillaume. J’avais fait cette route, bien installée dans le camion climatisé de Care Mali, avec le chauffeur Amidou de qui j’ai tant appris.

    Ce billet-là est mon préféré. Je t’entends, te te vois, je te sens. Nous marchons côte à côte. C’est rare cette écriture. Elle me touche.

    Je suis avec toi. Suzanne.

  3. Guillaume Internoscia 5 janvier 2012 à 7 h 00 min #

    52 heures c’est long. J’espère qu’un jour cet aspect de l’Afrique va changer c’est difficile de développer une économie quand tout est en retard. Je suis rendu à cet étape dans ma compréhension du développement. Il doit bien exister un juste milieux entre le monde de chez nous ou les gens se stress et d’ici ou les gens sont trop relax…

  4. Guillaume Internoscia 5 janvier 2012 à 6 h 55 min #

    Oui c’est vrai que je m’ennuyais de ma maman pis de la neige, pis peut-être que de manger autre chose que du riz. Méchant souper de noël, du vieux riz froid pâteux avec pas assez de sauce aux oignons dans un terminus de bus. En même temps je m’en fou de manger n’importe quoi, jusqu’à maintenant il y a juste le lait caillé qui m’écoeure et un peu la tête de mouton.

  5. jessika 5 janvier 2012 à 0 h 56 min #

    hahahah ton commentaire me rappel mon voyage au senegal en bus de 52h hahahah 😛 vive la patience :p !!!!! je suis contente que tu en es sorti avec une superbe experience la prochaine fois je veus aller au pays dogon mais merci je ne prendfrais pas ta compagnie de bus , mais en fait je pense que la plupart sont terrible xxxxxxxxx!

  6. Marie-Jeanne 4 janvier 2012 à 19 h 57 min #

    Salut Guillaume! Wow ca a l’air assez intense le Mali! Samuel Pépin nous en avait parlé, mais la vision est différente de chaque personne! Tu as dû sentir que tu t’ennuyais de ta maman?:-P

    Bon reste de voyage et profite bien du paysage! Je t’envie vraiment!

    -xxx-Marie-Jeanne, étudiante en éducation préscolaire et primaire à l’université de Sherbrooke-

  7. Samuel Pépin 4 janvier 2012 à 19 h 25 min #

    Hé mon frère, le pays Dogon c’est tellement beau 😀 Moi j’ai bien aimé mis promené. J’espère que tu auras apprécié. 😀

    Ton bros Sam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :